Les glaciers rétrécissent malgré la « bonne » météo

Le volume des glaciers suisses a diminué de près de 1% en 2021, malgré beaucoup de neige en hiver et un été plutôt frais. En été, il y a eu beaucoup de précipitations, mais presque pas de neige fraîche dans les Alpes. Cela montre l’influence du changement climatique, rapporte la Commission d'experts réseau de mesures cryosphère de l’Académie suisse des sciences naturelles.

Avec matériel de mesure sur l'un des nombreux cours d'eau de fonte du Glacier de la Plaine Morte (BE).
Image : M. Huss

Le déclin des glaciers suisses au cours des trois dernières décennies a été immense – avec en prime une année extrême. Côté météo, les conditions étaient réunies en 2021 pour donner un peu de répit aux glaciers. Malheureusement, en période de changement climatique, même une « bonne » année ne suffit pas pour les glaciers : la perte s’est poursuivie, quoique moins rapidement, malgré une neige abondante en hiver et un été relativement frais et changeant. Fin avril, la plupart des glaciers n’avaient que des quantités de neige légèrement supérieures à la moyenne. Cependant, le mois de mai a apporté beaucoup de neige supplémentaire en haute montagne. Sur le Claridenfirn (GL, 2890 m) une profondeur de neige de près de 7 mètres a été mesurée, la valeur la plus élevée depuis le début des observations en 1914. Les glaciers ont donc été relativement bien protégés par la neige hivernale jusqu’au mois de juillet pluvieux. Néanmoins, la fonte était considérable fin septembre et environ 400 millions de tonnes de glace ont été perdues dans toute la Suisse au cours des 12 derniers mois, soit près de 1% du volume restant de glace.

Perte de glace la plus faible depuis 2013

Les mesures du réseau des relevés glaciologiques suisse GLAMOS documentent une perte de glace pour tous les 22 glaciers observés en détail. Bien que les pertes soient moindres que ces dernières années, aucun gain n’a pu être déterminé pour aucun des glaciers. Surtout dans le Nord du Valais (glacier du Rhône, grand glacier d’Aletsch), la diminution de l’épaisseur moyenne de la glace est modérée à un peu moins de 0,2 mètre. Dans le sud du Valais, le Tessin et le Nord-est de la Suisse (p. ex. glacier du Findel, glacier de la Silvretta), cependant, les pertes sont à peine inférieures à la moyenne des 10 dernières années. Alors que d’importantes réserves de neige - c’est-à-dire de « nourriture » pour le glacier - ont été mesurées sur les grands glaciers au-dessus d’environ 3200 m en automne, les glaciers de faible altitude se sont dans certains cas complètement asséchés à nouveau et sont donc voués à la chute. Même si 2021 affiche la plus faible perte de glace depuis 2013, aucun ralentissement n’est en vue pour le recul des glaciers.

Hiver neigeux jusque dans les plaines

Au-dessus de 2300 m, la neige était déjà recouverte en de nombreux endroits fin septembre 2020, y compris début décembre au plus tard. Pour les multiples chutes de neige entre décembre et février jusque dans les basses terres, ce sont moins la quantité de précipitations que l’heureuse combinaison de précipitations et de températures suffisamment froides qui en sont responsables. La température de novembre à avril était la moyenne des 30 dernières années. La quantité totale de précipitations pendant les mois d’hiver était supérieure à la moyenne des deux côtés des Alpes, mais en mars et avril, elle était inférieure à la normale. Sur tout le semestre hivernal, les hauteurs de neige en Suisse orientale et dans les Grisons étaient supérieures à la moyenne, et dans le reste de la Suisse, à l’exception des basses altitudes de Suisse romande, elles étaient moyennes. En raison d’avril et de mai frais, la disparition du manteau neigeux aux stations de mesure en haute altitude a eu lieu environ 1 à 2 semaines plus tard que la normale.

Été humide mais peu de neige fraîche dans les Alpes

Selon MétéoSuisse, les mois d’été 2021 au Nord des Alpes sont parmi les plus humides des records centenaires. Les températures étaient dans la gamme de la valeur moyenne des trois dernières décennies, ce qui signifie néanmoins un excès de température de 1,8°C par rapport à la période standard 1961-1990. L’influence du changement climatique est clairement évidente dans la quantité totale de neige fraîche en été, qui est étonnamment faible malgré de nombreuses précipitations : Weissfluhjoch (GR, 2540 m) a enregistré un total de 155 cm de neige fraîche pendant l’été également très humide de 1987 ; en 2021, il n’était que de 20 cm. En conséquence, aucune nouvelle somme de neige de plus de 50 cm n’a été enregistrée nulle part, même aux stations de mesure les plus élevées. Le très chaud et ensoleillé septembre 2021 n’a apporté que deux petites chutes de neige fraîche en montagne.

Le réseau des relevés glaciologiques suisse (GLAMOS) est financé par l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), l'Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse dans le cadre du GCOS Suisse, de l'Académie suisse des sciences naturelles et de swisstopo.

  • La Konkordiaplatz sur le Grand Glacier d'Aletsch (VS) impressionne par son immensité. Une couche de glace de 2-3 mètres a fondu ici à l'été 2021.
  • Une énorme arche de glacier instable s'est formée sur la langue du glacier Findel (VS).
  • Balise de mesure sur le glacier du Findel (VS). Sa hauteur illustre la fonte attendue l'année prochaine.
  • Forage d'une balise de mesure sur le glacier de Gries (VS).
  • En septembre 2021, le Glacier de la Plaine Morte (BE) était à nouveau complètement déneigé et n'a donc aucune chance de survivre.
  • Eaux de fonte sur le glacier du Rhône (VS).
  • La Konkordiaplatz sur le Grand Glacier d'Aletsch (VS) impressionne par son immensité. Une couche de glace de 2-3 mètres a fondu ici à l'été 2021.Image : M. Huss1/6
  • Une énorme arche de glacier instable s'est formée sur la langue du glacier Findel (VS).Image : M. Huss2/6
  • Balise de mesure sur le glacier du Findel (VS). Sa hauteur illustre la fonte attendue l'année prochaine.Image : A. Linsbauer3/6
  • Forage d'une balise de mesure sur le glacier de Gries (VS).Image : M. Huss4/6
  • En septembre 2021, le Glacier de la Plaine Morte (BE) était à nouveau complètement déneigé et n'a donc aucune chance de survivre.Image : M. Huss5/6
  • Eaux de fonte sur le glacier du Rhône (VS).Image : M. Huss6/6

Catégories

  • Cryosphère
  • Glaciers

Contact

Dr. Matthias Huss
Université de Fribourg
Unité de Géographie
Chemin du Musée 4
1700 Fribourg

+41 79 752 72 62
E-mail